La Coop fédérée maintient le cap sur la croissance

EXCÉDENT NET ET RISTOURNES AUX MEMBRES EN FORTE PROGRESSION

  • Chiffre d’affaires de 6,3 G $
  • Excédent avant ristournes et impôts sur l’excédent de 351 M $
  • Excédent d’exploitation de 319 M $
  • Ristourne de 88 M $, en hausse de 60 %
  • Dividende de 15,8 M $ à la filière porcine coopérative

À l’occasion de sa 96e assemblée générale annuelle, La Coop fédérée  annonce que pour l’exercice financier se terminant le 28 octobre 2017, ses ventes consolidées ont encore une fois dépassé le cap des six milliards de dollars, atteignant 6,3 milliards de dollars, accompagné d’un excédent avant ristournes et impôts d’un montant inégalé de 351 millions de dollars et d’un excédent d’exploitation de 319 millions de dollars. Sur une base comparative, pour l’exercice terminé le 29 octobre 2016, les ventes consolidées avaient aussi atteint le cap des 6,3 milliards de dollars, tandis que l’excédent avant ristournes et impôts sur l’excédent s’élevait à 275 millions de dollars et l’excédent d’exploitation à 256 millions de dollars.

À la lumière de ces excellents résultats, La Coop fédérée déclare une ristourne de 88 millions de dollars en 2017, soit 33 millions de dollars ou 60 % de plus que le niveau déclaré en 2016. De plus, le conseil d’administration de La Coop fédérée a déclaré un dividende de 15,8 millions de dollars aux membres de la filière porcine coopérative, en comparaison à un dividende de 10,8 millions de dollars déclaré un an auparavant.

De solides résultats, soutenus par l’ensemble des divisions

« Cette année encore, notre coopérative agricole fait la démonstration sans équivoque de son rôle de pilier de l’économie québécoise et canadienne. Pour la 6e année consécutive, nous affichons de solides résultats qui se classent parmi les meilleurs de nos 95 années d’existence, et ce, à l’égard de plusieurs indicateurs clés. », a déclaré M. Ghislain Gervais, président de La Coop fédérée.

« Nous sommes très satisfaits de la performance financière de l’exercice 2017. L’agilité de nos trois divisions a fortement participé au succès de notre organisation. Bien que plusieurs éléments expliquent l’ensemble de nos bons résultats, je tiens notamment à souligner l’excellente performance d’Olymel, le leader canadien de la transformation du porc et de la volaille qui a su tirer le maximum des investissements et des partenariats réalisés au cours des dernières années. », a indiqué M. Gaétan Desroches, chef de la direction de La Coop fédérée.

Les autres divisions de La Coop fédérée n’ont par ailleurs été en reste alors que la Division agricole a poursuivi avec brio la mise en place de son plan stratégique et que la Division BMR a continué d’améliorer ses résultats financiers et opérationnels. « Une fois encore, La Coop fédérée a très avantageusement tiré son épingle du jeu tout en remplissant parfaitement bien son rôle de chef de fil pancanadien dont la force réside dans la majorité des composantes de la chaîne alimentaire. », a-t-il poursuivi.

Le modèle coopératif un modèle d’affaires prospère

Le modèle coopératif demeure une option crédible et plus pertinente que jamais et les succès de La Coop fédérée démontrent qu’il est parfaitement adapté pour faire face aux réalités d’un monde agricole en pleine mutation et générer de la richesse. « Depuis près de 100 ans, La Coop fédérée et le réseau des coopératives qui y sont affiliées ont su s’adapter et demeurer pertinents. C’est cette capacité d’adaptation, accompagnée de la volonté de relever les défis solidairement et collectivement, qui caractérise l’agriculture québécoise et son mouvement coopératif. », a conclu M. Desroches.

Une organisation résolument tournée vers l’avenir et proactive pour ses membres

La Coop fédérée entend tirer pleinement avantage de son portefeuille d’activités diversifié et équilibré dans le meilleur intérêt de ses membres. Avec comme toile de fond, la vague de consolidation qui déferle sur l’industrie agricole depuis quelques années, La Coop fédérée a l’intention de continuer la mise en œuvre de son plan quinquennal. La Coop fédérée poursuivra le développement de ses activités agricoles et agroalimentaires à l’échelle canadienne avec un niveau accru d’intégration au sein de ses secteurs de l’agrofourniture et de la transformation des viandes, tout en développant davantage le secteur de ventes au détail dans l’Est canadien.

La Coop fédérée continue d’être engagée dans un processus de consolidation pour préserver à long terme son rôle de leader au Québec et au Canada et se donner davantage d’agilité commerciale tout en générant des économies récurrentes.

La Coop fédérée poursuivra d’importantes discussions autour de la renégociation de l’accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) afin notamment, d’assurer la protection du système de gestion de l’offre puisque le message principal de La Coop fédéreé est que l’agriculture ne doit pas servir de monnaie d’échange dans les négociations.

À propos de La Coop fédérée

Fondée en 1922, La Coop fédérée est la plus importante entreprise agroalimentaire au Québec, la seule coopérative agricole pancanadienne et la 24e plus importante coopérative agroalimentaire au monde. Elle représente plus de 120 000 membres, producteurs agricoles et consommateurs regroupés dans près de 70 coopératives réparties dans plusieurs provinces canadiennes. Elle emploie plus de 13 000 personnes et son chiffre d’affaires s’élève à 6,3 milliards de dollars. En incluant ses coopératives affiliées, La Coop fédérée compte près de 18 000 employés et un chiffre d’affaires combiné de 9,2 milliards de dollars. Ses activités se séparent en trois divisions: Olymel S.E.C. (sous les bannières Olymel, Flamingo et Lafleur), la Division agricole (sous les bannières La Coop et Elite, Agrico et Agromart) et Groupe BMR inc. (sous les bannières BMR, Unimat, Agrizone et Potvin & Bouchard). Pour en savoir plus, visitez le www.lacoop.coop. Compte Twitter : twitter.com/LaCoop_federee.

Disponibilité d’informations supplémentaires

L’information financière ainsi qu’une revue opérationnelle complète de l’année financière terminée le 28 octobre 2017 est disponible sur le site Web de La Coop fédérée : ralacoop.coop

REVUE SECTORIELLE

Une Division agricole plus forte que jamais qui récolte les fruits de ses initiatives passées

La Division agricole de La Coop fédérée bénéficie de la synergie entre trois secteurs essentiels, les productions animales, les productions végétales et la commercialisation des grains. Elle bénéficie également de partenariats dans diverses coentreprises au Québec et au Canada, permettant ainsi de consolider sa présence d’un océan à l’autre.

Pour l’exercice terminé le 28 octobre 2017, l’excédent d’exercice a connu une légère diminution de 2,5 millions de dollars comparativement à l’exercice antérieur. Quoique la contribution des activités d’exploitation ne présente pas de variation significative au cours de cette période, il y a eu au cours de celle-ci la constatation d’une dévaluation d’un placement au montant de 3,4 millions de dollars amputant par le fait même l’excédent.

Au niveau des ventes externes, celles de la Division agricole sont en augmentation de 14,2 millions de dollars et atteignent 1,934 milliards de dollars ce qui s’explique principalement par la contribution accrue du secteur des productions animales. Plus spécifiquement, cette dernière a su tirer avantage de l’intégration d’une nouvelle usine d’alimentation et de parts de marché accrues dans les secteurs porcin et laitier. Toutefois, cette hausse a été atténuée par une diminution des ventes dans le secteur des productions végétales attribuable à la baisse du prix des fertilisants et de certaines semences. Dans le secteur des grains, la baisse du volume du soya au Québec a été compensée par une forte activité du marché des oléagineux en Ontario.

Il est à noter que l’exercice 2016-2017 a été marqué une fois de plus par une augmentation des pressions politiques sur les systèmes de gestion de l’offre ainsi que sur les accords de libre-échange entrainant un sentiment d’incertitude et que, malgré ce climat plutôt instable, les productions canadiennes de volaille et de porc ont évolué positivement.

Les meilleurs résultats depuis sa création pour Olymel s.e.c.

Par sa filiale Olymel, La Coop fédérée est présente d’un bout à l’autre de la chaîne de valeur. Plus de 11 500 employés s’y activent chaque jour afin que les consommateurs puissent apprécier des viandes de porc et de volaille de qualité supérieure. À cet effet, toutes les usines d’Olymel ont obtenu la certification HACCP.

La Division viandes (Olymel s.e.c.) a connu, pour une troisième année consécutive, une croissance importante de son excédent avant impôts, attribuable aux membres, atteignant un niveau inégalé de 290,4 millions de dollars comparativement à 251,4 millions en 2016, soit une hausse de 39 millions de dollars. Cette performance historique s’explique principalement par le marché hautement favorable du porc frais Est et Ouest, qui a continué de bénéficier de la forte demande du marché de la Chine qui s’est poursuivie à un rythme soutenu. Ce pays est ainsi devenu en 2017 le premier marché d’exportation d’Olymel en ce qui a trait au volume. La forte croissance des volumes vendus de produits « chilled » ainsi que les acquisitions d’entreprises  ont également contribué à cette croissance de l’excédent. Finalement, mentionnons que l’appréciation du taux de change canadien, au cours de l’exercice, a eu pour effet de réduire la marge viande de l’industrie.

Les ventes de la Division viandes sont ainsi en hausse de 194,1 millions de dollars et atteignent 3,433 milliards de dollars pour l’exercice 2016-2017 en raison principalement de l’augmentation des volumes et des prix dans le secteur du porc frais. Les secteurs bacon et de la surtransformation volaille ont également connu une hausse des volumes de vente. Enfin, la constatation des ventes d’une entreprise acquise oeuvrant dans la transformation de la viande de porc, pour un exercice complet en 2017, a aussi contribué à cet accroissement.

Groupe BMR : une belle progression et des honneurs bien mérités

Avec l’acquisition de Groupe BMR en 2015, La Coop fédérée se positionne maintenant comme le plus important groupe de quincailleries de propriété québécoise de la province. Groupe BMR regroupe 300 centres de rénovation et quincailleries au Québec, en Ontario, dans les provinces maritimes et aux îles Saint-Pierre et Miquelon.

Pour l’exercice 2016-2017, Groupe BMR a réalisé un excédent avant impôts, incluant les dépenses corporatives, de 1,1 million de dollars comparativement à une perte nette de 28,9 millions de dollars au dernier exercice, ce qui représente une variation de 30 millions de dollars.

Les ventes externes de Groupe BMR, incluant le Secteur machines agricoles, ont augmenté comparativement à l’exercice 2015-2016, et ce, de 29,3 millions de dollars pour atteindre
905 millions de dollars. Cette augmentation s’explique par l’accroissement important des ventes de matériaux. Les feux de forêt dans l’Ouest canadien ont occasionné une augmentation fulgurante du prix du contreplaqué se reflétant dans les ventes. Il est important de mentionner que le début de la distribution des matériaux en Ontario ainsi que les initiatives pour accroître les achats de bois auprès des marchands ont également contribué à l’accroissement des ventes. Les magasins de détail ont connu, pour leur part, une augmentation des ventes tributaire des rénovations et de l’agrandissement de magasins corporatifs, et de l’embauche de représentants commerciaux.

Il est à noter que le travail exceptionnel accompli par les équipes de Groupe BMR, afin de desservir deux fois plus de marchands suite à l’acquisition de l’entreprise par La Coop fédérée en 2015, lui a permis de remporter de grands honneurs lors du concours d’affaires Les Mercuriades 2017. La stratégie unique déployée par les équipes de logistique et de transport pour répondre à l’arrivée de 180 marchands Unimat, implantée en un temps record de quatre mois, a su assurer la satisfaction des marchands et a convaincu le jury du concours d’attribuer à Groupe BMR non seulement le Mercure de l’Accroissement de la productivité, mais également le très convoité Mercure de l’Entreprise de l’année.

Les commentaires sont fermés.