Le groupe Délimax-Montpak annonce la signature d’une entente de principe visant l’acquisition des éléments d’actifs d’Écolait

Chef de file de son industrie et plus important transformateur de veau et agneau en Amérique du Nord, le tandem Délimax-Montpak  confirme la signature d’une entente de principe visant l’acquisition des éléments d’actifs d’Écolait. Cette entente permettra de poursuivre les activités d’Écolait en production et transformation de veau au Québec. Parmi ses actifs, on compte principalement une usine d’abattage et de transformation qui emploie plus de 200 personnes à La Plaine (Québec) et sept fermes corporatives. Parallèlement, c’est aussi quelque 70 fermes familiales associées qui alimentent l’usine de transformation.

Avec cette transaction, le groupe Délimax-Montpak augmente sa capacité de production et de transformation de près de 50 %. Les actifs d’Écolait seront ajoutés à son plan d’investissement de plus de 25 millions de dollars en salubrité et bien-être animal, amorcé depuis 2010. Le montant total de la transaction est estimé à 50 millions de dollars.

« Il était devenu évident que des changements importants étaient nécessaires dans ce secteur. Au cours des dernières années, les coupures gouvernementales dans les programmes d’assurance agricole, les ententes transatlantiques de commerce et les changements demandés dans nos pratiques d’élevage ont grandement affaibli la capacité financière des entreprises québécoises de production et de transformation de veau », a commenté Fabien Fontaine, président-directeur général du groupe Délimax- Montpak.

Rappelons que la Financière Agricole a sabré dans les programmes de sécurité agricole du veau de lait il y a deux ans et limite largement sa contribution aux programmes restants (AGRI) pour les grandes entreprises comme Délimax-Montpak. Aussi, l’entente de commerce transatlantique permet maintenant aux veaux européens de traverser notre frontière sans payer les taxes douanières de près de 30 % auxquelles ils étaient soumis, tout en n’étant pas régis par les mêmes règles d’utilisation de certains produits. Sans compter que depuis les 20 dernières années, la filière veau européenne a profité  de généreuses subventions pour modifier ses structures d’élevage.

« Notre volonté de maintenir les actifs et le savoir-faire d’Écolait au Québec permettra à la filière veau québécoise et canadienne de demeurer compétitive sur l’échiquier mondial du veau. Nous pourrons ainsi continuer d’offrir un produit québécois distinctif et de première qualité sur le marché nord-américain. Le savoir combiné des deux entreprises permettra une synergie qui contribuera certainement à l’essor du secteur agroalimentaire québécois », a conclu Fabien Fontaine.

C’est plus de 50 ans d’expérience en transformation et commercialisation et 35 années  d’expertise en élevage que le groupe Délimax-Montpak, avec sa filiale américaine Catelli Brothers, offriront maintenant à leurs clients. Ensemble, ils continueront d’offrir aux consommateurs actuels et futurs de veau et d’agneau, des viandes de première qualité, élevées avec soin tout en maintenant un service hors-pair. Dirigée par les frères Alexandre, Donald et Fabien Fontaine, l’entreprise et ses différentes filiales sont les plus importants producteurs-transformateurs de veau et d’agneau en Amérique du Nord. Avec cette transaction, Délimax possédera 100 fermes corporatives, comptera près de 270 fermes associées, plus de 1000 employés et des usines de transformation au Canada et aux États-Unis, le chiffre d’affaires annuel combiné atteindra 425 millions de dollars. Elle compte parmi sa clientèle les plus importantes entreprises de distribution et de vente de produit alimentaire en Amérique.

Les commentaires sont fermés.