Empire termine l’exercice 2019 sur de fortes ventes et un solide bénéfice, dépasse les objectifs du projet Sunrise et annonce une augmentation de 9 % du dividende ainsi que le lancement d’un programme de rachat d’actions

Sommaire du quatrième trimestre
• Les ventes des magasins comparables, compte non tenu des ventes de carburant, ont augmenté de 3,8 % (4,2 % compte non tenu des pharmacies)
• Les ventes unitaires se sont accrues pour un quatrième trimestre consécutif
• Le résultat par action s’est établi à 0,45 $, contre 0,26 $ pour l’exercice précédent
• Le résultat par action ajusté s’est chiffré à 0,46 $, comparativement à 0,35 $ pour l’exercice précédent
• Le projet Sunrise a dépassé les objectifs établis pour l’exercice 2019
• Le programme de dépenses d’investissement pour l’exercice 2020 devrait être de l’ordre de 600 M$
• Le dividende annuel par action a augmenté de 9 % pour passer à 0,48 $
• La Société a l’intention de racheter environ 100 M$ d’actions de catégorie A sans droit de vote

Empire Company Limited (« Empire » ou la « Société ») (TSX: EMP.A) a annoncé aujourd’hui ses résultats financiers du quatrième trimestre et de l’exercice clos le 4 mai 2019. Pour le trimestre, la Société a comptabilisé un bénéfice net ajusté, déduction faite des participations ne donnant pas le contrôle, de 126,5 M$ (0,46 $ par action, après dilution), en comparaison de 93,0 M$ (0,35 $ par action, après dilution) pour l’exercice précédent.

« Les progrès qu’a réalisés Empire transparaissent dans toutes nos données financières et mesures de la clientèle pour le quatrième trimestre et l’exercice 2019, a indiqué Michael Medline, président et chef de la direction d’Empire. Notre équipe est plus forte et plus novatrice, et elle est davantage axée sur la clientèle et sur les résultats. Nous sommes particulièrement fiers de l’augmentation de près d’un milliard de dollars de nos ventes annuelles ainsi que des gains de productivité qui se sont répercutés sur notre marge brute, beaucoup plus élevée. Le projet Sunrise progresse mieux que prévu, et nous prévoyons dépasser les économies cibles que nous avions fixées à 500 M$ ».

« À la suite de ces trois années d’efforts de transformation, nous estimons actuellement être en excellente posture pour mettre en place une nouvelle feuille de route stratégique et financière sur trois ans qui améliorera davantage le rendement pour nos actionnaires. L’annonce de l’augmentation de 9 % du dividende d’Empire et de notre intention de mettre en place un programme de rachat d’actions de 100 M$ que nous faisons aujourd’hui traduit bien notre confiance », a ajouté M. Medline.

Le projet Sunrise progresse bien et génère des avantages qui devraient dépasser les attentes initiales de la direction. La Société a réalisé environ 100 M$ de ces avantages au cours de l’exercice 2018 grâce aux réductions de coûts en matière de conception organisationnelle et d’approvisionnement stratégique ainsi que grâce aux améliorations au chapitre de l’exploitation dans les magasins. Au cours de l’exercice 2019, la Société a réalisé des avantages supplémentaires d’environ 200 M$.

Pour l’exercice 2020, dernière année de la transformation, la direction s’attend à réaliser des avantages d’au moins 250 M$ pour un total d’au moins 550 M$, ce qui permettra à la Société de dépasser ses projections initiales pour le programme de trois ans. Ces avantages dégagés au cours de l’exercice 2020 devraient découler de la fin du déploiement du programme de restructuration des catégories de produits, au début de l’automne, et de la poursuite des réductions de coûts et des améliorations au chapitre de l’exploitation.

Déclaration d’un dividende
La Société a déclaré un dividende trimestriel de 0,12 $ par action sur les actions de catégorie A sans droit de vote et sur les actions ordinaires de catégorie B, qui sera payable le 31 juillet 2019 aux actionnaires inscrits le 15 juillet 2019. Ces dividendes représentent une hausse annualisée de 9 % du dividende d’Empire. Ces dividendes sont des dividendes déterminés au sens de la Loi de l’impôt sur le revenu (Canada) et des lois provinciales pertinentes.

Offre publique de rachat dans le cours normal des activités
La Société a déposé, auprès de la Bourse de Toronto, un avis d’intention visant le rachat aux fins d’annulation d’un maximum de 3 500 000 actions de catégorie A sans droit de vote, ce qui représente environ 2,0 % des actions en circulation, sous réserve de l’obtention de certaines approbations des organismes de réglementation. Les achats seront effectués par l’intermédiaire de la Bourse de Toronto ou de tout autre système de négociation admissible. Au 26 juin 2019, 173 663 969 actions de catégorie A sans droit de vote sont émises et en circulation. Le prix que paiera Empire pour ces actions correspondra au prix en vigueur sur le marché au moment de l’acquisition. Les achats pourront être effectués à compter du 2 juillet 2019, et cesseront au plus tard le 1er juillet 2020.

La Société est d’avis que le rachat d’actions au cours du marché en vigueur constitue une utilisation judicieuse des fonds, en plus d’être dans l’intérêt d’Empire et de ses actionnaires. Au cours des 12 derniers mois, Empire n’a acquis aucune de ses actions de catégorie A sans droit de vote en vertu d’offres publiques de rachat dans le cours normal des activités.

La moyenne des transactions quotidiennes des actions de catégorie A sans droit de vote s’est établie à 554 024 à la Bourse de Toronto pour les six derniers mois civils révolus. Par conséquent, conformément aux politiques de la Bourse de Toronto, Empire est autorisée à acheter, au cours de n’importe quel jour ouvrable, jusqu’à 138 506 actions de catégorie A sans droit de vote (soit 25 % de la moyenne des transactions quotidiennes des actions de catégorie A sans droit de vote). Empire est également autorisée à acheter un plus grand nombre d’actions de catégorie A sans droit de vote par semaine civile, sous réserve du nombre maximal d’actions pouvant être rachetées aux termes de l’offre publique de rachat dans le cours normal des activités, si la transaction respecte l’exemption pour les achats en bloc en vertu des règles applicables de la Bourse de Toronto.

capture-decran-2019-06-27-a-09-14-40

Les résultats d’Empire pour l’exercice clos le 4 mai 2019 comprennent les activités de Farm Boy au 10 décembre 2018. Toutes les mesures, y compris les ventes des magasins comparables, reflètent la consolidation des activités de Farm Boy.

Ventes
Pour le quatrième trimestre, les ventes ont augmenté de 5,7 %, grâce aux meilleurs résultats obtenus à l’échelle de l’entreprise et à l’inclusion des résultats de Farm Boy. L’inflation interne des prix des produits alimentaires et les ventes unitaires ont affiché une hausse pour le quatrième trimestre consécutif, la plus élevée en près de neuf ans. Ces hausses ont été en partie contrebalancées par l’incidence de la fermeture de magasins dans l’Ouest canadien, par l’effet déflationniste de la réforme des soins de santé sur les ventes des pharmacies et par la baisse des prix du carburant.

Pour l’exercice clos le 4 mai 2019, les ventes ont augmenté de 3,8 %, grâce aux meilleurs résultats obtenus à l’échelle de l’entreprise, à l’inclusion des résultats de Farm Boy et à la hausse des prix du carburant. Ces facteurs ont été en partie contrebalancés par l’incidence, mentionnée ci-dessus, de la fermeture de magasins dans l’Ouest canadien et par l’effet déflationniste de la réforme des soins de santé.

Profit brut
Le profit brut a augmenté de 8,7 % et de 3,1 % pour le quatrième trimestre et l’exercice clos le 4 mai 2019, respectivement. Ces augmentations découlent principalement des ventes plus élevées, de l’inclusion des résultats de Farm Boy et des avantages tirés du lancement initial du programme de restructuration des catégories de produits. Ces facteurs ont été partiellement contrebalancés par la fermeture de magasins dans l’Ouest canadien ainsi que par la diminution des marges sur les activités des pharmacies de la Société.

La marge brute a augmenté pour passer à 25,4 % pour le trimestre, alors qu’elle était de 24,7 % pour la période correspondante de l’exercice précédent, grâce aux avantages liés à la restructuration des catégories de produits et à l’incidence positive qu’a eue l’inclusion des résultats de Farm Boy sur le taux de marge.

La marge brute a diminué pour s’établir à 24,2 % pour l’exercice clos le 4 mai 2019, alors qu’elle était de 24,4 % pour l’exercice précédent, en raison de la hausse des ventes de carburant à faible marge et de l’effet de la composition du chiffre d’affaires provenant des différentes bannières.

Bénéfice d’exploitation
Le bénéfice d’exploitation a augmenté de 75,6 % pour le quatrième trimestre, en raison principalement de l’augmentation du bénéfice tiré du secteur de la vente au détail de produits alimentaires qui a résulté de la hausse des ventes et de l’amélioration des marges, partiellement contrebalancée par l’accroissement des frais de vente et charges administratives. L’accroissement des frais de vente et charges administratives est attribuable à l’inclusion des résultats de Farm Boy, à l’augmentation des charges de rémunération incitative dans les magasins et les services administratifs et à la hausse des frais de commercialisation. La hausse des coûts de main-d’œuvre du secteur de la vente au détail qui a résulté de l’accroissement du volume des ventes a également donné lieu à un accroissement des frais de vente et charges administratives d’un exercice à l’autre. Cet accroissement des frais de vente et charges administratives a été compensé par les économies de coûts réalisées grâce au projet Sunrise.

Le bénéfice d’exploitation du secteur de la vente au détail de produits alimentaires a augmenté pour l’exercice clos le 4 mai 2019, en raison principalement de l’accroissement des ventes et des marges et de la baisse des frais de vente et des charges administratives. La baisse des frais de vente et des charges administratives découle de l’augmentation des coûts engagés pour le projet Sunrise au cours de l’exercice précédent, de l’incidence positive des avantages retirés du projet Sunrise au cours de l’exercice considéré, de la reprise de la perte de valeur sur des actifs auparavant dépréciés dans l’Ouest canadien, de la baisse des charges de rémunération incitative et de la diminution de la dotation aux amortissements. Ces facteurs positifs ont été partiellement contrebalancés par l’augmentation du salaire minimum, par l’inclusion des résultats de Farm Boy et des coûts d’acquisition connexes, par les coûts liés au programme de départs volontaires pour les employés de Safeway admissibles en Colombie‑Britannique et par les coûts liés à la fermeture et à la conversion de magasins dans le cadre de l’expansion en cours des magasins à bas prix FreshCo dans l’Ouest canadien.

Le bénéfice d’exploitation attribuable au secteur des placements et autres activités a augmenté, ce qui s’explique par la vente d’un portefeuille de 26 immeubles réalisée par le Fonds de placement immobilier Crombie (le « FPI Crombie »), le profit connexe ayant donné lieu à une augmentation de 8,4 M$ comptabilisée par la Société dans la quote-part du bénéfice de FPI Crombie et un montant de 6,4 M$ comptabilisé dans les autres activités, ce qui rend compte de la reprise de profits différés sur cessions à l’égard d’immeubles précédemment vendus au FPI Crombie.

capture-decran-2019-06-27-a-09-18-49

BAIIA
Le BAIIA a augmenté pour le quatrième trimestre, en raison essentiellement des mêmes facteurs qui ont influé sur le bénéfice d’exploitation.

Le BAIIA a augmenté pour l’exercice clos le 4 mai 2019, en raison essentiellement des mêmes facteurs qui ont influé sur le bénéfice d’exploitation, sauf en ce qui concerne l’incidence de la charge d’amortissemen

capture-decran-2019-06-27-a-09-19-41

Impôt sur le résultat
Le taux d’impôt effectif s’est établi à 25,5 % pour le quatrième trimestre, contre 13,7 % pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent. Le taux d’impôt effectif pour le trimestre écoulé a été inférieur au taux prévu par la loi, en raison principalement des gains en capital sur la sortie d’immeubles, y compris l’incidence fiscale de la cession d’un portefeuille de 26 immeubles par le FPI Crombie et des différences entre les taux d’impôt des diverses entités. Le taux d’impôt effectif de la période correspondante de l’exercice précédent avait été inférieur au taux prévu par la loi en raison d’une réorganisation interne que la Société avait entreprise pour simplifier sa structure organisationnelle.

Le taux d’impôt effectif a augmenté pour s’établir à 25,7 % pour l’exercice clos le 4 mai 2019, contre 23,8 % pour l’exercice précédent. Le taux d’impôt effectif pour l’exercice écoulé a été inférieur au taux prévu par la loi, en raison principalement des gains en capital sur la sortie d’immeubles dont il est question ci-dessus et de la diminution des passifs d’impôt découlant des économies d’impôt non comptabilisées. Le taux d’impôt effectif de l’exercice précédent avait été inférieur au taux prévu par la loi en raison d’une réorganisation interne que la Société avait entreprise pour simplifier sa structure organisationnelle.

Bénéfice net

capture-decran-2019-06-27-a-09-20-43

Flux de trésorerie disponibles

capture-decran-2019-06-27-a-09-21-20

Les flux de trésorerie disponibles du quatrième trimestre et de l’exercice clos le 4 mai 2019 ont diminué par rapport à ceux du quatrième trimestre et de l’exercice de 2018, ce qui s’explique principalement par l’augmentation des dépenses d’investissement, notamment celles liées aux rénovations, à la construction de nouveaux magasins, à la construction d’un centre de traitement des commandes client passées en ligne, à l’expansion de la bannière FreshCo dans l’Ouest canadien, de même que par la diminution du produit tiré de la vente d’immeubles. Ces facteurs ont été contrebalancés par la hausse des entrées de trésorerie liées aux activités d’exploitation.

La Société a investi 434,6 M$ dans des dépenses d’investissement au cours de l’exercice 2019. Compte non tenu de l’incidence des dépenses d’investissement engagées par les entreprises acquises au cours de l’exercice, principalement Farm Boy, la Société a investi 427,3 M$, ce qui avoisine l’estimation de 425,0 M$ déjà annoncée par la direction. La Société prévoit affecter environ 600,0 M$ à ses activités d’exploitation au cours de l’exercice 2020; ce chiffre inclut des dépenses estimatives d’environ 70,0 M$ relatives à l’extension du réseau de magasins Farm Boy en Ontario.

PERFORMANCE FINANCIÈRE PAR SECTEUR

capture-decran-2019-06-27-a-09-22-29

Pour le quatrième trimestre et l’exercice clos le 4 mai 2019, le bénéfice tiré des placements et autres activités a augmenté en raison de la hausse de la quote-part du bénéfice du FPI Crombie qui a résulté des profits plus élevés réalisés à la cession d’immeubles de placement par rapport à l’exercice précédent, plus particulièrement la vente de 26 immeubles réalisée au cours du quatrième trimestre, laquelle a représenté un apport supplémentaire de 8,4 M$ à la quote-part du bénéfice du FPI Crombie revenant à la Société et un apport supplémentaire de 6,4 M$ comptabilisé dans les autres activités, ce qui rend compte de la reprise de produits différés sur cessions à l’égard d’immeubles qui avaient été précédemment vendus au FPI Crombie. L’incidence positive de ce facteur a toutefois été atténuée par la baisse des ventes de terrains résidentiels dans l’Ouest canadien et par la vente en bloc de biens immobiliers destinés à l’aménagement réalisée aux États-Unis au cours de l’exercice précédent, qui ne s’est pas reproduite.

SITUATION FINANCIÈRE CONSOLIDÉE

capture-decran-2019-06-27-a-09-23-16

Au cours de l’exercice 2019, Dominion Bond Rating Service (« DBRS ») a rehaussé la notation de Sobeys Inc. (« Sobeys »), la faisant passer de tendance stable à tendance positive. Les notations de crédit accordées par les deux agences de notation étaient les suivantes à la clôture de l’exercice :

capture-decran-2019-06-27-a-09-23-58

Le 2 juin 2017, Sobeys a contracté une facilité de crédit de premier rang non renouvelable et non garantie de 500 M$. La facilité est assortie d’un taux d’intérêt variable lié aux taux des acceptations bancaires ou au taux préférentiel au Canada. Au 8 août 2018, l’intégralité de la facilité de crédit avait été utilisée pour rembourser la dette à long terme.

Le 5 décembre 2018, Sobeys a contracté une facilité de crédit de premier rang non renouvelable et non garantie de 400 M$. La facilité est assortie d’un taux d’intérêt variable lié aux taux des acceptations bancaires ou au taux préférentiel au Canada. Depuis le 10 décembre 2018, la facilité de crédit est utilisée en entier, le produit ayant servi à financer en partie l’acquisition de Farm Boy.

AUTRES ÉLÉMENTS

Expansion des magasins à bas prix dans l’Ouest canadien
Les magasins à bas prix demeurent un secteur à croissance relativement élevée au sein de l’industrie de la vente au détail de produits alimentaires. Au cours de l’exercice 2018, Sobeys a annoncé des plans visant à étendre son réseau de magasins à bas prix dans l’Ouest canadien et prévoit convertir jusqu’à 25 % de ses 255 épiceries à gamme complète de services Safeway et Sobeys dans l’Ouest canadien en magasins à bas prix FreshCo au cours des cinq prochaines années. Dans l’Ouest canadien, les cinq premières épiceries FreshCo ont ouvert leurs portes au printemps 2019 – trois en Colombie‑Britannique et deux au Manitoba. En outre, 13 autres épiceries devraient ouvrir leurs portes en Colombie-Britannique au cours de l’exercice 2020.

Départs volontaires
Le 29 janvier 2019, la Société a exécuté une décision en matière de main-d’œuvre qui a été rendue par un agent spécial du gouvernement de la Colombie-Britannique. La décision concernant les relations de travail établit des conditions permettant à la Société d’offrir un programme de départ volontaire aux employés de Safeway en Colombie-Britannique. Ce programme accroît la souplesse et la stabilité dont la Société a besoin pour mieux gérer les coûts de main-d’œuvre et les coûts d’exploitation. Par conséquent, la Société a passé en charges un montant de 35 M$ lié au coût des départs volontaires au troisième trimestre de l’exercice 2019.

Commerce électronique
Le 9 mai 2019, la Société a lancé Voilà by Sobeys et Voilà par IGA, l’appellation et la marque de son service de livraison d’épicerie en ligne dans la région du Grand Toronto, à Ottawa et dans les grandes villes de la province de Québec. Sobeys, en partenariat avec Ocado Group plc (« Ocado »), un leader de l’industrie de l’épicerie en ligne, met actuellement sur pied son premier centre de traitement des commandes clients dans la région du Grand Toronto, dont la livraison aux clients devrait être mise à l’essai et lancée préalablement au printemps 2020.

Empire a également dévoilé son intention de lancer Voilà par IGA, ainsi que son deuxième centre de traitement des commandes clients à Montréal en 2021. La Société louera les installations nécessaires du FPI Crombie, lequel aura le mandat de les aménager selon les indications d’Empire.

Voilà by Sobeys offrira une expérience de commerce électronique de calibre mondial à nos clients tout en procurant des rendements financiers élevés à Empire grâce à l’efficience de la solution d’expédition centralisée et à la puissance de la plateforme logicielle Ocado.

Acquisition d’entreprises
Le 24 septembre 2018, la Société a conclu, par l’intermédiaire d’une filiale, une convention visant l’acquisition des activités de Farm Boy, un détaillant en alimentation constitué d’un réseau de 26 magasins situés en Ontario, pour un prix d’achat total de 800 M$. Les exigences d’ordre réglementaire ayant été remplies, la clôture de la transaction a pu avoir lieu, le 10 décembre 2018.

Farm Boy est gérée comme une entreprise distincte faisant partie d’Empire, et les co-chefs de la direction de Farm Boy, conjointement avec des membres de la haute direction de Farm Boy, ont réinvesti dans les activités poursuivies de l’entreprise un montant leur conférant une participation de 12 %. Parallèlement au réinvestissement, les parties impliquées ont conclu des options d’achat et de vente, dont des options permettant à Sobeys d’acquérir, à tout moment cinq ans après la date d’acquisition, la participation résiduelle de 12 %. Par conséquent, une participation ne donnant pas le contrôle a été comptabilisée à la date d’acquisition, ainsi qu’un passif financier de 70 M$, fondé sur la valeur actualisée du montant à payer à l’exercice du passif au titre de l’option de vente de la participation ne donnant pas le contrôle selon IFRS 9 Instruments financiers.

La Société a financé la transaction au moyen de fonds en caisse et d’une nouvelle facilité de crédit de premier rang non renouvelable et non garantie de 400 M$.

IFRS 16 – Contrats de location
En janvier 2016, l’IASB a publié IFRS 16 Contrats de location (« IFRS 16 »), qui remplace IAS 17 Contrats de location (« IAS 17 ») et les interprétations connexes. La norme s’applique aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2019. L’incidence de la norme se reflétera dans les états financiers de la Société pour le premier trimestre de l’exercice 2020, qui commence le 5 mai 2019 et se termine le 3 août 2019.

En vertu des dispositions transitoires d’IFRS 16, la Société adoptera la norme selon une approche rétrospective modifiée et l’incidence cumulative de l’application initiale de la norme sera comptabilisée comme un ajustement des capitaux propres lors de la transition. Les chiffres des périodes comparatives ne seront pas retraités.

IFRS 16 vise à aligner plus étroitement la présentation des actifs loués avec celle des actifs détenus en propre. L’adoption d’IFRS 16 aura une incidence significative sur les états financiers consolidés de la Société, étant donné ses engagements actuels découlant de contrats de location simple immobiliers aux termes desquels elle est le preneur en vertu d’IAS 17. Cette norme n’aura aucune incidence sur la stratégie, les activités commerciales ou les flux de trésorerie d’Empire.

À l’état de la situation financière, la Société comptabilisera un nouvel actif au titre de droits d’utilisation et une obligation locative correspondante. L’incidence prévue sur les états de la situation financière consistera en des hausses de l’ordre de 4,6 G$ à 4,8 G$ des passifs et des hausses de l’ordre de 4,0 G$ à 4,2 G$ des actifs. Ces estimations ont été mises à jour depuis le troisième trimestre afin de rendre compte des variations des taux d’actualisation du marché, ainsi que des nouveaux contrats de location conclus et des modifications apportées aux contrats de location existants. La Société continue de peaufiner les estimations et les données d’entrée qui seront utilisées aux fins des calculs. Le taux d’actualisation appliqué est fondé sur le taux d’emprunt marginal estimatif de la Société à la date de transition du 5 mai 2019.

À l’état du résultat net, la Société comptabilisera un amortissement lié aux actifs au titre des droits d’utilisation et des charges financières liées aux obligations locatives au lieu de l’actuelle charge locative comptabilisée selon le mode linéaire, ce qui aura une incidence importante sur le calcul du BAIIA. D’après les estimations actuelles et l’information dont elle dispose, la Société ne s’attend pas à ce que ces changements aient une incidence significative sur le résultat net et le résultat par action de l’exercice 2020.

Dans le tableau des flux de trésorerie, la Société classera les paiements de loyers tout comme les paiements sur les autres passifs financiers, et les paiements de capital et d’intérêts sur les obligations locatives seront classés dans les flux de trésorerie liés aux activités de financement plutôt que dans les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation. Les paiements de loyers versés en trésorerie sur les contrats de location touchés par IFRS 16 se sont chiffrés à 500,6 M$ pour l’exercice 2019.

Pour plus de précisions sur l’incidence d’IFRS 16 sur Empire, veuillez vous reporter au rapport de gestion d’Empire pour l’exercice clos le 4 mai 2019.

En juillet, Empire a l’intention de tenir une conférence téléphonique afin de fournir de plus amples renseignements sur les modifications de méthodes comptables qui découleront de l’adoption d’IFRS 16 et sur l’incidence qu’aura cette norme sur elle.

RENSEIGNEMENTS PROSPECTIFS

Le présent document renferme des énoncés prospectifs qui sont présentés dans le but d’aider le lecteur à connaître le contexte dans lequel s’inscrit la situation financière de la Société et à comprendre les attentes de la direction concernant les priorités, les objectifs et les plans stratégiques de la Société. Ces énoncés prospectifs peuvent ne pas être appropriés à d’autres fins. Les énoncés prospectifs se reconnaissent à l’utilisation de mots ou d’expressions tels que « prévoir », « s’attendre à », « croire », « estimer », « avoir l’intention de », « pouvoir », « planifier », « projeter » et d’autres expressions semblables, ainsi que par l’emploi de ces verbes au futur ou au conditionnel ou à la forme négative.

Ces énoncés prospectifs comprennent notamment ce qui suit :
• Les attentes de la Société concernant l’incidence du projet Sunrise, y compris les économies de coûts prévues et les efficiences résultant de cette initiative de transformation, le moment prévu de réalisation des avantages supplémentaires pour l’exercice 2020 et pour l’ensemble de la période, ainsi que les avantages supplémentaires prévus de 50 M$ comparativement à la cible initiale de 500 M$, sur lesquels plusieurs facteurs pourraient avoir des répercussions, notamment l’exécution et l’achèvement de la restructuration des catégories de produits, le temps dont aura besoin la Société pour mener à bien le projet, ainsi que les facteurs mentionnés à la rubrique « Gestion du risque » du rapport de gestion annuel de 2019;
• L’incidence sur le rendement des actionnaires d’une nouvelle feuille de route stratégique et financière sur trois ans, laquelle pourrait être touchée par la conjoncture et la concurrence, et le dénouement des initiatives en cours;
• L’intention de la Société de racheter aux fins d’annulation des actions de catégorie A sans droit de vote aux termes de l’offre publique de rachat dans le cours normal des activités qui pourrait être touchée par les conditions de marché et la conjoncture économique, la disponibilité des vendeurs, les changements de lois et de réglementation et les résultats d’exploitation;
• Les estimations de la Société à l’égard de ses dépenses d’investissement futures, y compris dans les acquisitions d’immobilisations corporelles et les immeubles de placement ainsi que dans les acquisitions d’immobilisations incorporelles, qui pourraient subir l’incidence des résultats d’exploitation et de la conjoncture économique;
• L’expansion de FreshCo dans l’Ouest canadien, y compris les attentes de la Société en matière de rentabilité et de résultats d’exploitation futurs, le montant et le moment des dépenses, ainsi que le nombre, le lieu, la faisabilité et le moment des conversions, sur lesquels les calendriers de construction et les permis, la conjoncture économique et les relations avec la main‑d’œuvre pourraient avoir des répercussions;
• Les attentes de la Société concernant la mise en place de son service d’achat en ligne de produits d’épicerie pouvant être livrés à domicile, sur laquelle le lancement des services, l’intérêt général des clients pour les services et la performance de son partenaire commercial, Ocado, pourraient avoir des répercussions.
• De par leur nature, les énoncés prospectifs exigent que la Société pose des hypothèses et ils sont assujettis à des incertitudes et à des risques intrinsèques, ainsi qu’à d’autres facteurs qui pourraient causer un écart significatif entre les résultats réels et ces énoncés prospectifs. Pour un supplément d’information sur les risques, les incertitudes et les hypothèses pouvant avoir une incidence sur les énoncés prospectifs de la Société, voir les documents déposés par la Société auprès des organismes canadiens de réglementation des valeurs mobilières, et notamment la rubrique « Gestion du risque » du rapport de gestion annuel pour l’exercice 2019.

Bien que la Société soit d’avis que les prédictions, les prévisions, les attentes ou les conclusions présentées dans les énoncés prospectifs sont raisonnables, elle ne peut donner aucune assurance quant à leur exactitude. Les lecteurs sont priés de bien examiner les risques, les incertitudes et les hypothèses lorsqu’ils évaluent les énoncés prospectifs et de ne pas se fier outre mesure à ces énoncés. Les énoncés prospectifs figurant dans le présent document traduisent les prévisions actuelles de la Société et pourraient changer. À moins que les lois sur les valeurs mobilières en vigueur ne l’exigent, la Société ne s’engage pas à mettre à jour les énoncés prospectifs formulés par elle ou en son nom.

MESURES ET DONNÉES FINANCIÈRES NON CONFORMES AUX PCGR

Certaines mesures et données mentionnées dans le présent communiqué n’ont pas de définition normalisée selon les principes comptables généralement reconnus (« PCGR »). Elles peuvent donc ne pas se prêter à une comparaison avec les mesures et données nommées de la même façon et présentées par d’autres sociétés ouvertes. La Société inclut ces mesures et données, car elle est d’avis que certains investisseurs s’en servent pour évaluer la performance financière.

Les mesures financières non conformes aux PCGR sont définies par Empire comme suit :
• Les ventes des magasins comparables sont celles des magasins situés aux mêmes emplacements pour les deux périodes de présentation de l’information financière. Pour l’exercice considéré, la croissance des ventes des magasins comparables tient compte de l’acquisition de Farm Boy.
• Le bénéfice net ajusté s’entend du bénéfice net, déduction faite des participations ne donnant pas le contrôle, compte non tenu de certains éléments afin de faciliter l’analyse des tendances de la performance et des résultats financiers. Ces ajustements se traduisent par une représentation économique plus précise des activités commerciales sous-jacentes sur une base comparative.
• Le RPA ajusté (après dilution) s’entend du bénéfice net ajusté, divisé par le nombre moyen pondéré d’actions en circulation, après dilution.
• Les flux de trésorerie disponibles sont calculés comme les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation, majorés du produit de la sortie d’immobilisations corporelles et d’immeubles de placement, diminués des acquisitions d’immobilisations corporelles, d’immeubles de placement et d’immobilisations incorporelles.
• Le profit brut s’entend des ventes moins le coût des ventes.
• La marge brute s’entend du profit brut divisé par les ventes.
• Le bénéfice d’exploitation ajusté s’entend du bénéfice d’exploitation compte non tenu de certains éléments afin de faciliter l’analyse des tendances de la performance. Ces ajustements se traduisent par une représentation économique plus précise sur une base comparative.
• Le bénéfice avant les intérêts, l’impôt sur le résultat et l’amortissement des immobilisations corporelles et incorporelles (« BAIIA ») s’entend du calcul du bénéfice net, avant les charges financières (déduction faite des produits financiers), la charge d’impôt sur le résultat et l’amortissement des immobilisations corporelles et incorporelles.
• La marge du BAIIA s’entend du BAIIA, divisé par les ventes.
• Le BAIIA ajusté s’entend du BAIIA compte non tenu de certains éléments afin de faciliter l’analyse des tendances de la performance. Ces ajustements se traduisent par une représentation économique plus précise sur une base comparative.
• La marge du BAIIA ajusté s’entend du BAIIA ajusté, divisé par les ventes.
• La valeur comptable par action ordinaire s’entend des capitaux propres, déduction faite des participations ne donnant pas le contrôle, divisés par le total des actions ordinaires en circulation.
• La dette consolidée s’entend de toute dette portant intérêt, notamment les emprunts bancaires, les acceptations bancaires et la dette à long terme.
• Le capital total s’entend de la dette consolidée et des capitaux propres, déduction faite des participations ne donnant pas le contrôle.
• Le ratio de la dette consolidée sur le capital total s’entend de la dette consolidée divisée par le capital total.
• La dette consolidée nette s’entend de la dette consolidée, diminuée de la trésorerie et des équivalents de trésorerie.
• Le capital total net s’entend du capital total diminué de la trésorerie et des équivalents de trésorerie.
• Le ratio de la dette consolidée nette sur le capital total net s’entend de la dette consolidée nette divisée par le capital total net.
• Le ratio de la dette consolidée sur le BAIIA ajusté s’entend de la dette consolidée divisée par le BAIIA ajusté pour les quatre derniers trimestres.
• La charge d’intérêts s’entend de la charge d’intérêts sur les passifs financiers évalués au coût amorti, majorée des pertes sur les couvertures des flux de trésorerie reclassées hors des autres éléments du résultat global.
• Le ratio du BAIIA ajusté sur la charge d’intérêts s’entend du BAIIA ajusté pour les quatre derniers trimestres, divisé par la charge d’intérêts pour les quatre derniers trimestres.

Pour obtenir une description détaillée des mesures et des données non conformes aux PCGR utilisées par Empire, voir le rapport de gestion d’Empire pour l’exercice clos le 4 mai 2019.

RENSEIGNEMENTS SUR LA CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE

Le jeudi 27 juin 2019, à compter de 12 h (HAE), la Société tiendra une conférence téléphonique au cours de laquelle des membres de la haute direction analyseront les résultats financiers de la Société pour le quatrième trimestre de l’exercice 2019. Pour participer à cette conférence, veuillez composer le 1 888 390‑0546 à l’extérieur de Toronto ou le 416 764-8688 dans la région de Toronto. Pour vous assurer d’obtenir la ligne, veuillez téléphoner 10 minutes avant le début de la conférence. Vous serez mis en attente jusqu’à ce que la conférence commence. Le public investisseur et les médias peuvent assister à la conférence en mode écoute seulement. Il sera également possible d’écouter une diffusion Web audio en direct de la conférence en consultant le site Web de la Société, à l’adresse www.empireco.ca.

Un enregistrement de la conférence pourra être écouté jusqu’à minuit, le 11 juillet 2019, en composant le 1 888 390-0541 et en entrant le code d’accès 530463. L’enregistrement sera aussi archivé sur le site Web de la Société pendant 90 jours après la conférence téléphonique.

PRINCIPALES DONNÉES FINANCIÈRES

Les informations financières trimestrielles non auditées et les informations financières annuelles auditées suivantes ont été préparées selon les mêmes méthodes comptables que nos états financiers consolidés audités pour l’exercice clos le 4 mai 2019. Elles ne comprennent pas toutes les informations requises par les normes IFRS et doivent être lues en parallèle avec les états financiers consolidés audités de 2019 de la Société qui sont disponibles sur le site www.sedar.com ou dans la section Centre des investisseurs du site Web de la Société à l’adresse www.empireco.ca.

capture-decran-2019-06-27-a-09-26-49

capture-decran-2019-06-27-a-09-26-59

RAPPORT ANNUEL 2019
Les états financiers consolidés audités de la Société et les notes annexes pour l’exercice clos le 4 mai 2019, ainsi que le rapport de gestion pour l’exercice clos à cette date qui comprend l’analyse des résultats d’exploitation, de la situation financière et des flux de trésorerie, seront disponibles aujourd’hui, le 27 juin 2019. Ces documents peuvent être consultés dans la section Centre des investisseurs du site Web de la Société à l’adresse www.empireco.ca ainsi que sur le site www.sedar.com.

Le rapport annuel 2019 de la Société sera disponible vers le 26 juillet 2019 et pourra être consulté dans la section Centre des investisseurs du site Web de la Société à l’adresse www.empireco.ca ainsi que sur le site www.sedar.com.

Les commentaires sont fermés.