Le gagne-pain des producteurs laitiers est encore une fois sacrifié

Les producteurs laitiers de partout au Canada ont été profondément déçus d’apprendre que des concessions ont été faites dans le secteur laitier en vue de conclure le nouvel AEUMC. Encore une fois, les producteurs laitiers ont fait les frais d’un accord commercial international.

« Les concessions annoncées dans le secteur laitier pour conclure le nouvel AEUMC démontrent encore une fois que le gouvernement du Canada est prêt à sacrifier sa production laitière intérieure lorsqu’un accord doit être conclu, a indiqué Pierre Lampron, président des Producteurs laitiers du Canada (PLC). Le gouvernement a répété à plusieurs reprises qu’il veut un secteur laitier fort et dynamique. Or, il a encore mis le secteur en péril en accordant des concessions additionnelles », a-t-il ajouté.

L’AEUMC fait suite à deux autres accords commerciaux où un accès au marché canadien des produits laitiers a été concédé : l’AECG et le PTPGP, des accords qui ont sacrifié l’équivalent d’un quart de milliard de dollars par année en production laitière au profit des industries d’autres pays. Ce nouvel accord affaiblit à nouveau l’industrie laitière, un secteur qui, parmi d’autres retombées, emploie plus de 220 000 Canadiennes et Canadiens et contribue à hauteur d’environ 20 milliards de dollars par année au produit intérieur brut du Canada. Le gagne-pain de ces milliers de Canadiens et des futures générations de producteurs laitiers est sérieusement menacé.

« Aujourd’hui, le message envoyé à nos producteurs passionnés et fiers d’offrir un produit de grande qualité ainsi qu’à tous les gens qui travaillent dans le secteur laitier est clair : ils ne sont rien de plus qu’une monnaie d’échange pour satisfaire le président Trump », a ajouté M. Lampron.

Pour les consommateurs, chaque concession fait en sorte de remplacer des produits laitiers canadiens – des produits faits avec grand soin par des gens d’ici avec du lait canadien de qualité exceptionnelle sans hormones de croissance artificielles. Or, l’AEUMC ouvre la porte encore plus grande en laissant des produits étrangers, qui sont faits selon des normes moins élevées que les nôtres, prendre place sur les tablettes de nos épiceries.

Le gouvernement du Canada a clamé haut et fort qu’il souhaite la prospérité du secteur laitier. Il sera intéressant de voir comment il pourra concilier les concessions octroyées dans cet accord avec son objectif de prospérité.

Les réactions du président des PLC, M. Pierre Lampron et du vice-président, M. David Wiens ont été capturées sur vidéo (haute résolution) – téléchargez les vidéos en cliquant sur ce lien : www.skyflyproductions.com/DFC

Les commentaires sont fermés.