FRARE & GALLANT a réussi l’impossible

Avec la multiplication des projets de construction, rénovation, agrandissement et réaménagement d’usines, les spécialistes de cette discipline en sont arrivés à développer, au fi l des ans, des expertises diverses pour répondre à la demande. Cela fait désormais d’eux des alliés capables de soutenir les transformateurs alimentaires dans la résolution de problématiques et enjeux multiples, souvent dans des conditions complexes et avec des délais plus que serrés.

C’est notamment le cas de la firme lavalloise Frare & Gallant, qui, avec près de 40 ans d’existence, compte parmi les plus expérimentées au Québec. Bien qu’offrant tous les services d’un entrepreneur général, elle se positionne aujourd’hui comme une experte en exécution de travaux majeurs dans des usines devant demeurer fonctionnelles et opérationnelles, question de garnir les tablettes des points de vente.

Son président, John Frare, cite à cet égard un mandat réalisé l’an dernier et tout juste complété en début d’année pour une multinationale alimentaire. Celle-ci avait décidé de centraliser à son usine de Montréal la production d’une de ses installations ontariennes.

Donc, c’est une mission de démantèlement et d’implantation qui a été confiée à Frare & Gallant au printemps 2016. « Nous avons monté toute la structure du projet en collaboration avec divers entrepreneurs spécialisés», explique Mario Bérubé, directeur de la construction. En fait, le projet visait à convertir 80 000 pieds carrés d’entrepôt en usine de production.

Installation de systèmes de drainage, construction de cloisons, mise en place de conduits de ventilation, déploiement de services de mécanique du bâtiment et de services électriques, les multiples étapes en succession n’ont jamais affecté la capacité de production des lieux.

Sur ce plan, l’obligation de devoir travailler en parallèle avec les activités quotidiennes s’est fait sentir dans une foule de détails, forçant ainsi les équipes à recourir d’ingéniosité, comme le précise John Frare. « Il fallait systématiquement isoler les zones où travaillaient nos équipes, établir des protocoles en lien avec le volet santé et sécurité au travail, tenir compte de la pression négative, modifier des accès, etc. » « Nous avons même dû transformer les processus d’évacuation en cas d’urgence », ajoute Mario Bérubé.

Dans un tel contexte, pas étonnant que celui-ci devait organiser chaque jour un plan d’opération pour le lendemain, chaque détail devant être pris en compte. Malgré tout, des irritants hors du contrôle de Frare & Gallant ont parfois compliqué l’exécution des tâches. « Une des étapes consistait à réaliser certains raccordements sur un réservoir, raconte Mario Bérubé. Or, même si nous avons signalé longtemps d’avance cette phase à notre client, celui-ci, malgré sa bonne foi, ne pouvait jamais nous libérer une plage horaire pour procéder, car cela aurait affecté sa production. Par conséquent, ce n’est que deux mois plus tard que nous avons pu agir. Cependant, nous nous sommes ajustés pour ne pas que ce contretemps affecte l’ensemble du projet. »

Une telle souplesse a d’ailleurs été nécessaire dans plusieurs autres contextes durant les huit mois de travaux. « Dans le domaine où évolue notre client, la production alimentaire est constamment adaptée en fonction des commandes. Donc, il arrivait souvent que nous définissions une séquence d’actions, laquelle devait toutefois être modifiée peu après, durant la même journée, de manière à accommoder une commande imprévue. »

Le plan de match prévoyait une vingtaine d’interruptions partielles de certaines sections de l’usine afin d’y installer l’équipement déménagé. Comme il s’agissait bien souvent de pièces à l’âge assez avancé, l’on a profité de l’occasion pour les remettre à niveau afin d’en maximiser l’effi cacité. De plus, puisque déplacer de tels morceaux accroît les risques de contamination, chaque pièce devait être nettoyée avec minutie, particulièrement les parties qui étaient précédemment non accessibles dans l’ancienne usine.

« Peu importe les irritants, les imprévus et les obstacles qui nous ont compliqué la vie, nous avons chaque fois réussi à nous rattraper, de sorte que l’ensemble du mandat a été réalisé dans les délais », précise avec fierté John Frare. « Nous avons placé la barre haute pour les prochaines missions du genre. Nos clients vont désormais s’attendre à de telles performances », résume en riant Mario Bérubé.

Les commentaires sont fermés.