Opération séduction pour Nestlé

nestle-actualite-alimentaire

Par François Jardin

La multinationale suisse a lancé une grande campagne de communication autour d’un jeu-concours. Ce sera sous forme de tirage au sort, que le groupe invitera une centaine de consommateurs à entrer dans cinq usines de production française. Joli coup de com » pour le groupe, mais y a-t-il un vice caché ?

C’est le hashtag le plus utilisé par le groupe en ce moment, #cestmoiquifabrique représente la campagne de communication autour du tirage au sort national organisé par Nestlé. Les inscriptions se terminent début avril et le 8 du mois ce déroulera le tirage au sort. Les (heureux) élus auront l’opportunité de visiter les cinq usines Nestle choisies par le groupe. L’hexagone en compte 24 sur l’ensemble de son territoire. Celles qui ouvriront leurs portes sont les usines Nescafé (Normandie), Mouslines (Picardie), Naturnes (Vosges), Vittel (Vosges) et Purina (Somme). Au programme ; visite de l’usine, échange avec le directeur et les responsables qualité et activités sur les lignes de production.

Le groupe prend en charge la visite, mais également le déplacement et l’hébergement si le consommateur tiré au sort habite à plus de 200 kilomètres de l’usine dans laquelle il a été sélectionné. Le but recherché est celui d’offrir un œil nouveau au consommateur sur l’industrie agroalimentaire. Plusieurs professionnels l’affirment, une opération séduction comme celle-ci ne s’est jamais pratiquée. Alors la question que l’on s’est posée est la suivante, que cache une opération comme celle-ci ?

Les consommateurs s’éloignent petit à petit de l’industrie agroalimentaire. Même si ce changement se fait lentement, ils sont de plus en plus nombreux à favoriser les circuits courts et à faire de plus en plus attention à ce qu’ils ont dans leur assiette, au grand dam des grands groupes comme Nestle, Coca-cola, Danone, PepsiCo, etc. cet ensemble de groupes a besoin de redorer son image puisque pas un seul d’entre eux n’a été épargné au niveau des scandales sanitaires.

Nestlé a connu plusieurs scandales ces dernières décennies, l’un des plus importants fut celui du boycott des produits Nestle à la fin des années 70. Les consommateurs ont été interpellés par la promotion des produits censés se substituer au lait maternel. Selon les militants, ces substituts auraient causé la mort et la souffrance d’un grand nombre de nourrissons.

Pour rester du côté des nourrissons, le groupe a subi très récemment les attaques de plusieurs associations concernant la composition de biscuits pour bébé. Le seuil d’acrylamide de ces biscuits a été dépassé alors que ce produit a été considéré par l’OMS comme probablement cancérigène. Cette affaire a fait du bruit d’autant plus que les affaires concernant l’agroalimentaire et les nourrissons sont particulièrement sensibles. Étrangement, dans les 5 usines qui ouvrent leurs portes aux consommateurs, on retrouve deux usines qui pourraient intéresser fortement les jeunes parents ; l’usine Vittel et l’usine Naturnes — petits pots et repas pour bébés —.

C’est en Asie que le groupe a récemment subi les retombés de scandales agro-alimentaires, et plus particulièrement en Inde. Même si cette affaire a été relativement peu médiatisée en France, la notoriété du groupe dans ce pays asiatique en a pris un coup. C’est la marque Maggi — l’une des centaines de marques détenues par Nestlé — qui est à l’origine de ce scandale. Des tests scientifiques ont révélé que les nouilles de la marque étaient contaminées au plomb. La multinationale avait directement retiré ces produits de la consommation dans le pays et la confiance des consommateurs envers la marque Maggi était rapidement tombée à tout juste 8 %.

Nous ne remettons pas en cause le principe de transparence qu’applique depuis peu Nestlé, mais il est juste de se poser les bonnes questions à savoir ; pourquoi maintenant ? Pourquoi, après tant d’années à flirter avec la légalité et après avoir essuyé un bon nombre de scandales, la marque est-elle poussée par un élan d’honnêteté. Seul l’avenir nous le dira.

Abonnez-vous au magazine

* Champs obligatoires
*
*
*
*
En cliquant sur acheter, votre formulaire sera acheminé à nos représentants du service à la clientèle. Une personne communiquera avec vous sous peu pour achever le paiement de vos achats et vous enverra votre commande.